[FR] L’experience Typique du Novice aux Concerts de Classique

Désolé pour les erreurs d’orthographe: vive les claviers qwerty…(et le Bescherelle)

A force d’être toujours partant quand on me propose des activités de prime abord farfelues, on finit par se retrouver dans des situations assez amusantes.

Imaginez Youcef, qui a grandi dans son petit village perdu (Beauville) dans le Lot-et-Garonne, issu d’une famille pour le moins modeste, première génération de l’immigration marocaine en France (et dans son village), dans une famille plutôt…maaaaaarocaine comme dirait le grand Gad: “le vrai bledard tu vois”. Le gars qui a pas été mis au conservatoire par ses parents a l’âge de 7 ans tu vois.

De l’autre côté, Benoît. Benoît, lui il a fait beaucoup de piano dans sa vie. Benoît c’est aussi un bonhomme qui a l’oreille absolue. Au début je savais pas ce que ça voulait dire, je croyais que c’était un problème d’oreille. Mais en fait, ça veut dire que quand une mobylette passe, ou qu’une mouche baille, ou que l’alarme du métro sonne pour dire que les portes vont se fermer, bah Benoît, il sait exactement à quel note de musique ça correspond. J’aime pas chanter ou siffler quand Benoît est à coté, j’ai peur que Benoît me dise “Ah non là il fallait un fa dièse et tu as fait un fa bécarre”…Mhhuh…C’est toi le bécarre.

Benoît il a appris une langue que j’ai jamais compris et que je sais pas de quel pays elle viens, mais les musiciens l’utilisent beaucoup, je…comprends pas. Je suspecte que c’est une langage secret entre eux, pour écrire des choses que les autres comprennent pas. Il appelle ça le solfège je crois. Moi je trouve ça nul le solfège, ils sont obligés d’utiliser des lignes, comme au CP. En plus je la comprends pas moi cette langue, alors ça m’énerve.

Bref, un jour Benoît a la bonne idée de m’inviter à un concert de classique, parce que dans mon école il y en a très souvent, et ils sont gratuits. Alors comme c’est pas cher, j’ai décidé de dire OUI. ET puis qu’est ce que j’irai faire à un concert, de classique, sérieux ? Donc je me suis lancé tête baissée, naturellement.

Fier de mon allure, vêtu du triptyque mythique short-tshirt-tongues, je m’approche avec Benoît du conservatoire, ou a lieu le concert. Sur le chemin, il m’explique à quel point le concert va être génial et se lance passionnément dans un comparatif des plus subtils entre les morceaux des différents artistes qui vont être interprétés. Il utilise pour ça plein de mots que je comprends pas. Mais ce que j’aime chez Benoît quand même, c’est qu’il résume toujours 5 minutes de charabia avec une phrase très claire du genre “Bah en gros si t’aimes les films d’action je pense que tu vas aimer”. Merci Benoit 🙂

On arrive au conservatoire, c’est un très très beau bâtiment. Les gens qui s’apprêtent à rentrer sont super bien habillées, en particulier les demoiselles, sublimes. Conscient de ma relative classe au sein de la population environnante, je ramène l’attention sur mon visage, affichant un sourire complètement artificiel qui entend faire comprendre que je suis décontracté et zen et que je vais au conservatoire toutes les semaines depuis toujours.

A l’entrée, il y a toujours ce monsieur ou cette demoiselle très élégant(e) qui me donne un feuille avec le programme.

Je marche en rentrant dans la salle et discutant fort comme le porc de français que je suis, tout le monde se retourne d’un air ultra pompeux, super… Pour me rattraper, je fais semblant de faire partie de la communauté des gens pompeux et pas très bruyants en allant m’asseoir discrètement en faisant semblant de savoir lire le programme. Petit hic, décontraction oblige…je suis reste bien 5 secondes devant le programme du concert avant de m’apercevoir qui’il était à l’envers…halala c’est triste.

Grossomodo, il y a 3 grosses parties, une par artiste. Et dans chaque partie, il y a 3 à 4 morceaux. Le seul truc que je comprends sur cette feuille c’est qu’il y a 3 noms et trois prénoms, et un mot qui grossomodo veut dire “pause pipi” du genre “intermission” ou “intermède”. Le reste c’est des mots que Benoît comprend.

Pendant ce temps, Benoît lui, sort un stylo et corrige les erreurs d’orthographe sur le programme. Sinon il arrive pas à le lire, moi non plus en fait, je suis content on a un point en commun.

Lentement, les lumières s’évanouissent, silence complet. Et moi “Ein quoi? qu’est ce qui s’passe?”. Les artistes rentrent, tout le monde les applaudit, bon ça c’est bon j’étais en phase, j’avais l’habitude. Ils sont élégants et font une entrée en sourire, ça m’a fait plaisir. Par contre ils sont trois au lieu de deux, et le/la troisième (l’intrus) n’a pas d’instruments, étrange. C’est pas grave, parce qu’ils sont souriants et aimables.

Mais là d’un coup, alors qu’ils avaient l’air d’être des types bien et propres sur eux, ils commencent à nous balancer des sons mais immondes, surtout le violoniste. “Ah ça fait mal aux oreilles, mais pourquoi ils font ça ????”. Bon, en fait, Benoît m’a expliqué : le truc c’est que les instruments au début ne sont pas d’accord entre eux donc il faut les “accorder” me dit-il. Comme ça après ils sont d’accord pour faire de la belle musique ensemble. “Mais euh…ils peuvent se mettre d’accord en nous évitant ce tintamarre ? Genre en coulisses ou…, non ?”. Bon, apparemment : non.

Les sons horribles cessent. Les artistes se regardent et se mettent à l’aise, ça commence.

Mon dieu que c’est beau ! Je savais pas qu’on pouvait faire tout ces sons là avec si peu d’instruments. Ça commence soft, puis ça s’accélère puis il y a du suspense. Ohlala mon cœur s’emporte avec la musique. Je me détends quand la musique redevient calme et je suis tout crispé quand ça s’excite. Dans ma tête je pense à une aventure de McGyver, sauf que la musique m’explique que des fois il rencontre une belle demoiselle, puis c’est la belle vie, puis ça va mal, puis on croit que ça va mieux mais en fait ça deviens pire…Bref, très palpitant, beaucoup plus de sentiments qu’on croirait ce McGyver!

Les musiciens s’emportent, le rythme s’accélère. On sent que la fin s’approche. Ça ralentit, les notes sont plus longues. Plus que trois notes, deux, avant même qu’ils jouent la dernière note eh bein j’avais l’oreille absolue MAIS A L’AVANCE tu vois : je savais exactement quelle note ils allaient jouer, et bam ça loupe pas dernière note très longue pour boucler ce premier morceau, exactement la note que j’avais prédit, c’est bon je suis déjà trop fort comme musicien.

OH BRAVO !!! J’applaudis du fond du cœur, parce que vraiment c’était un beau premier morceau. Bon bah j’étais le seul abrutti à applaudir, du coup lentement j’arrête d’applaudir, tout le monde me regardais. Dans ma tête je me dis “Pourquoi ils me regardent tous ces idiots?”. Je demande alors à mon voisin pourquoi personne n’applaudit, il me répond qu’il faut applaudir à la fin de la partie, pas du morceau. Bon OK, je savais pas…

Morceau suivant, fin du morceau, hop j’ai failli me refaire avoir, mais j’ai pas applaudi. Ce qui n’est pas sans me rendre fier, car maintenant en plus du reste je maîtrise aussi les applaudissement aux concerts de classique.

Fin du troisième morceau. Fin de la partie, tout le monde applaudit. Il m’a bien fallu deux bonnes secondes avant d’être sur d’applaudir, de peur de faire la même gaffe qu’avant.

Deuxième partie. Applaudissements, les lumières se rallument, pas le temps de partager quelques critiques, car vite, il faut vraiment que j’aille aux toilettes. Je reviens, Benoît décroche deux secondes de son programme de la soirée et me demande “Alors, c’était comment ?”. Je lui réponds “Très relaxant”. Bon en fait il parlait de la musique je crois, c’est pas grave, apparemment il était satisfait de ma réponse.

Retour dans la salle. Ah au fait, la troisième personne sur scène sert à rien en fait, enfin si : à tourner les pages. Je pensais que chauffeur de bus de ville était le métier le plus ennuyeux du monde mais je crois que j’ai trouvé pire : tourneur de pages professionnel.

Les artistes et le tourneur de pages re-rentrent en scène. Applaudissement, et c’est reparti. Mais cette fois-ci je sais pas pourquoi les instruments sont déjà d’accord, c’est pas plus mal.

Arrivé à ce stade je pensais quand m’être fait suffisamment remarqué, et étant désormais bien rodé, rien au monde ne pouvait ne pouvais m’afficher, c’était en effet dur de faire pire.

Ah bah non, mon portable en mode FORT qui se met à sonner et biensur il est au fond de mon sac. NOOOOONNNN !!!! C’est pas possible, pourquoi moi? Il y a 200 personnes dans cette salle, pourquoi moi?! Bon en fait ils l’avaient tous éteint, c’est peut-être pour ça… Bref, j’ai honte comme jamais, les gens autour de moi me détestent, j’ai envie de me faire touuuuut petit et de me faxer sous les sièges et aller me cacher loooooiiiinnnnn du conservatoire.

Mais heureusement la musique est tellement bonne, que je retrouve rapidement un état serein.

Fin de la troisième partie. Et là se produit un truc assez étrange. Les gens ont gardé toooooooouuuus leurs applaudissements POUR LA FIN alors que je voulais les distribuer au fur et à mesure. Les artistes vont se cacher, on continue d’applaudir pendant que derrière les portes ils kiffent à fond, puis ils reviennent, puis ils retournent se cacher, etc. C’est long, quand est-ce-qu’on arrête d’applaudir?

Un truc assez marrant, je sais pas pourquoi à la fin d’un concert comme ça, les musiciens se regardent dans le yeux en se faisant des tapes amicales dans le dos et en se montrant l’un l’autre avec affection l’air de dire “mais qu’est ce que je ferais sans toi, tu as trop bien géré, je t’adore mon ami”. Et aussi, il arrive qu’on leur offre des fleurs, et ils ont toujours l’art soit de faire semblant qu’ils s’y attendaient pas, soit de se les offrir entre eux sans fin pour montrer à quel point ils s’aiment.

Puis ils retournent se cacher, mais là ils tardent à réapparaître. Haha suspense! Est ce-qu’ils sont partis ? Est-ce-qu’ils vont revenir ?… De mon côté, je suis sur que c’est une petite joke de leur part et qu’ils sont en train de nous observer en rigolant tellement on a l’air hésitants et niais. Les gens se sentent un peu cons d’applaudir pour rien, mais mes amis et moi constituant une groupe non négligeable, maintenons les applaudissement, obligeant les autres à continuer d’applaudir par courtoisie.

Challenge remporté ! Les artistes reviennent, dans la fin des applaudissements disent un truc inbitable qui commence par “Mesdames et messieurs, nous allons interpréter blablablla de blablbla mot bizzare mot bizzare de blablabla …en Fa mineur puis on a pas compris mais on a applaudi quand même. Ils jouent un morceau pas trop long. A la fin on décide de pas trop être boulet et d’arrêter les applaudissements. C’est pas qu’on veux pas, c’est juste qu’on a vraiment faim en fait!

—-

Cette histoire est basée sur des faits réels.

Be Sociable, Share!

2 thoughts on “[FR] L’experience Typique du Novice aux Concerts de Classique

  1. J’adore, cependant je ne t’avais pas vu aussi ingénu, lors du concert au concert aux Invalides en décembre dernier… 🙂

    YB : Je fais bien semblant t’as vu ? 😉

  2. MDR !! Si à chaque fois que je vais en concert avec toi ou que je lis tes compte-rendus de concert j’ai un fou rire total à m’en décrocher la mâchoire, et bien je vivrai certainement plus de 300 ans :-)) !

    Pour : le flûtiste russe en tutu moulant débarquant en rappel du plafond du conservatoire ! 😉

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *